Loups Rouges

Tome 1 : L'éveil de l'Alpha

Info utile à la compréhension : les armes utilisées portent des noms d'animaux ; le vautour est un sabre courbe à lame repliable.

 

[...]

Un bruit léger se fait entendre dans les fourrés. Je relève la tête et me fige, cherchant du regard l'origine du bruit. Cela peut très bien n'être qu'un tamanoir, ou un lièvre des vases, mais en règle générale les seuls animaux attirés par le bruit sont ceux que l'on a le moins envie de voir.

Il avance lentement, mais il est là et il m'observe. J'entends mon sang battre dans mes tempes. Ma paume est moite sur la lampe-torche. Le bruit s'est tu. Où est la bête qui m'épie ? Lentement je me retourne, m'attendant à me retrouver face à face avec un museau froncé de loup.

Il n'en est rien. La peur est omniprésente, elle m'enveloppe, elle me harcèle, fidèle compagne du prédateur qui s'apprête à m'attaquer. Avec mille précautions, je glisse la lampe entre mes dents et décroche mes vautours. Lorsque le cran d'arrêt bloque les lames en position ouverte, un claquement retentit et semble prendre des proportions gigantesques dans cette jungle silencieuse.

 

Mon sang se fige dans mes veines. N'était-ce pas deux taches jaunes et luisantes, deux pupilles affamées, que je viens de voir ? Je promène le faisceau lumineux autour de l'endroit où s'est arrêté le bruit. Pas une feuille ne bouge, on dirait que l'air s'est solidifié.

Un craquement retentit dans mon dos et je fais volte-face, braquant la lumière devant moi. Les yeux du loup scintillent, sa fourrure humide et gonflée frémit. Ses pattes puissantes sont plantées dans l'humus et il me fixe, complètement figé. Nous restons ainsi à nous dévisager pendant une durée effroyablement longue. Je n'ose pas bouger, de peur qu'il ne m'attaque, mais son immobilité me laisse perplexe. Je tente de lui parler malgré la lampe qui entrave ma bouche, espérant qu'il s'agisse du loup rouge qui m'a laissée en vie sous la passerelle. Après tout, il avait dit qu'il me retrouverait.

La créature ne bouge pas d'un poil, indifférente à mon essai de communication. Elle est si pétrifiée qu'on aurait pu la prendre une statue très réaliste.

Je lève mes armes. Le loup ne bouge toujours pas, ne cille même pas, comme s'il était ligoté par un maléfice. Suis-je en train de me faire terroriser par une statue ? Suis-je en train de rêver ? J'avance le bout de ma lame sur le museau du prédateur et griffe doucement sa truffe, juste pour vérifier qu'il s'agit bien d'une créature vivante. Je retiens mon souffle, pendant quelques secondes qui paraissent irréelles.

 

Le vautour a laissé une marque rouge sur la truffe du loup. Une goutte de sang perle et, d'un coup, les pupilles du fauve se braquent sur moi

 

[...]

 

Lre les autres extraits :

extrait chapitre 1 - Bras-Python

extrait chapitre 3 - le loup rouge

 

couverture loups-rouges insolites

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Flux d'actualité

Flux RSS